In order to view this object you need Flash Player 9+ support!

Get Adobe Flash player

Powered by RS Web Solutions

Feu Colonel Ahmed Ould Mahmoud Ould Houceine, ancien chef de l’Etat-major National.


AEJ rend un hommage mérité à l’un des pionniers de notre armée qui, en son temps, a su marquer de son empreinte l’institution militaire.  Connu pour sa probité, il commanda cette dernière dans un contexte difficile de 1970 à 1976 (sécheresse, guerre du Sahara…) sans que cela n’entame sa détermination  à  défendre les intérêts suprêmes de la Nation.

Le Colonel Ahmed Mahmoud Ould Houceine, connu aussi sous le nom de Hamoud Ould Naji, est né en 1938 à Boutilimit, ville dans laquelle il a suivi son enseignement coranique avant de rejoindre la medersa.  C’est à partir de 1956 qu’il devient instituteur. Il fut l’un des rares cadres de l’époque qui ont répondu favorablement à l’appel de feu Moktar Ould Daddah les encourageant à s’incorporer dans les rangs de l’Armée naissante qui aura à assurer la relève sécuritaire après le départ de l’administration coloniale. Le 15 mars 1960, il s’engage dans l’armée en prélude au départ des troupes françaises.  Quelques mois plus tard, il est admis au grade de Sous-lieutenant de réserve le 30 septembre 1961 après un passage à l’Ecole de Cavalerie de Saumur, date à laquelle il est reversé à l’armée nationale mauritanienne.  L’homme intègre qu’il fut, gravira les échelons pour devenir chef de l’Etat-major National du 5 octobre 1970 au 25 juin 1976. Il fut admis à la retraite le 1er janvier 1997 après avoir occupé de prestigieuses fonctions. 

Grades successifs :

-Aspirant  le 16/02/1960
-S/lt Lieutenant  de réserve : 16/08/61
- Lieutenant de réserve : 1963
- Capitaine : 21/09/65
-Cdt : 1971
- Lt –Col : 1975
- Colonel : 1979

  Principales fonctions :

 1961 : Cdt cie d’instruction à Atar
1962 : Cdt  2° Cie  portée à Atar
1965 : Cdt 3° ER à Néma
1970 : CEMN
1976 : Inspecteur Forces armées
1978 :Cdt2°RM.7°RM et EMIA
1981 : Conseiller à la défense
1982 : Ambassadeur au Zaire
Le 18 novembre 2012, il décède à l’âge de 80 ans alors qu’il occupait le siège de sénateur de Boutilimit. 

Que sa famille endeuillée trouve en ces lignes l’expression de la compassion de toute la famille militaire face à l’épreuve qu’ils viennent de subir. Qu’Allah agrée le défunt parmi les élus de son paradis. Inna lillahi we inna ileyhi rajioun